Mon proprio m’a mise à la porte le jour de mon anniversaire

Logement

On devrait être normalement au comble de la joie le jour de son anniversaire. Pourtant, la situation était tellement différente pour moi que j’avais la moutarde qui monte au nez. Et vous savez pourquoi ? Mon proprio m’a catégoriquement expulsé de chez moi, suite à une petite mésentente entre nous.

Le problème de bail, un des principaux litiges locatifs

Comme dans mon cas, il y avait deux jours de retard de versement du loyer, et mon proprio s’emportait ainsi contre moi. En rentrant, je suis surprise de voir mes affaires à l’extérieur de l’appartement que j’ai loué depuis cinq mois. La méconnaissance des lois juridiques concernant le bail constitue la principale source de la réaction méprisante de certains propriétaires. Le mien croyait donc qu’il jouissait le plein droit de me mettre à la porte, et il l’a fait. Je me demandais alors si c’est vraiment juste ou pas.

Le jour d’anniversaire, un jour très important

« Quand une femme avoue son âge, c’est qu’elle ne l’a plus », disait Robert Sabatier. Cela signifie que le jour d’anniversaire est unique, une occasion absolument à ne pas rater. En famille, entre amis ou en solo, célébrer son anniversaire est toujours une bonne idée. Et puis, pour une femme comme moi, le jour où je me souviens de toute ma première vie sur ce monde, il n’est pas question que je sois broyée du noir. Si au moins mon proprio savait à quel point l’anniversaire est plus qu’une fête, il ne me ferait pas cette tête.

Que disent les lois ?

J’ai demandé à un ami de me trouver un juriste pour me donner conseils puisque j’étais au bout du rouleau. Cet expert en droit m’a expliqué que je ne devrais pas m’inquiéter autant. Normalement, la rupture du bail est acceptable dans le cas de plus de deux mois de non-paiement du loyer. De plus, le locataire a encore droit à un délai de préavis. Ce qui n’était pas mon cas. A titre d’informations, la loi numéro 89-462 du 6 juillet 1989 régit les beaux d’habitations principales alors que le droit commun du bail est décrit dans le Code Civil.

La nécessité d’une assurance juridique

Chaque locataire peut être sujet à des litiges locatifs pouvant être poursuivis en justice. Il est ainsi conseillé d’avoir une assurance juridique pour faire face aux différents litiges. Toujours selon l’explication de mon ami juriste, une assurance juridique s’avère nécessaire aussi bien pour les particuliers que les professionnels. En grosso modo, à l’exception des dommages causés à un tiers, elle assure la protection, donne des conseils et procure à son bénéficiaire une assistance juridique et des moyens financiers y afférents.

Les autres litiges locatifs

Je me rends compte que ce n’est seulement pas le retard de versement du loyer qui peut provoquer un litige entre le bailleur et le locataire. Entre autres, la dégradation que ce soit volontaire ou involontaire de l’appartement fait toujours l’objet des disputes fréquentes. S’y ajoutent le non-paiement des charges récupérables par le locataire et la non-restitution du dépôt de garantie par le bailleur. Des malentendus qui agacent toute une relation.

Laisser un commentaire